Les sections du Montmartre à visiter :

Homélie du 29e dimanche par P. Marcel

Image libérée de droits d’auteur sous Creative Commons CC0 || https://pxhere.com/fr/photo/941130

17 octobre 2021          29e dimanche du temps ordinaire, année B – Marc 10, 35-45
Lectures de ce jour

Les lectures entendues aujourd’hui utilisent un vocabulaire et des expressions qui résonnent étrangement à nos oreilles et portent à confusion. Prenons quelques exemples.
« Broyé par la souffrance, le Serviteur a plu au Seigneur… »

Comme si le Seigneur, i.e. Dieu, ce Dieu qui est amour, se complaisait dans la souffrance des uns et des autres.
« En Jésus nous avons le grand prêtre par excellence. »

Le prêtre offrait des sacrifices pour apaiser les dieux ou se concilier leurs faveurs. Jésus avait-il besoin d’apaiser le Père des miséricordes ? Devait-il offrir des sacrifices pour se concilier sa bonté pour lui-même ou du moins pour les autres ? « Le Fils de l’Homme est venu… pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude. »

« Donner sa vie en rançon… » De quelle rançon s’agit-il ? Une rançon pour qui ? À qui ? Le Fils de l’homme devait-il payer quelque chose au Père qui nous aime ?

Toutes ces expressions renvoient à une culture qui n’est plus la nôtre et risquent de nous enfermer dans une image de Dieu déformée. Entre autres, l’image d’un Dieu juge, revendicateur, image contraire à ce que nous révèle Jésus.
Retenons que lorsqu’il s’agit de parler de Dieu et de sa relation avec l’humanité, nous devons nécessairement procéder par images, comme l’ont fait les rédacteurs de l’Écriture. Examinons de plus près ces expressions, pour mieux les comprendre.

La rançon à payer

Le mot « rançon » évoque l’idée d’une ou plusieurs personnes privées de liberté, comme esclaves ou tenues en otage et incapables de se libérer par leurs propres moyens. Il faut quelqu’un de l’extérieur qui offre de racheter par une compensation, une rançon, déterminée par celui que les garde prisonniers ou les tient en otage.

L’image suggère 2 choses : l’absence de liberté d’une part; et, d’autre part, le désir de libérer.
L’absence de liberté concerne notre condition humaine. Saint Paul reconnaissait la faiblesse de sa liberté devant le bien à accomplir : « Car je sais qu’en moi – je veux dire dans ma chair – le bien n’habite pas: vouloir le bien est à ma portée, mais non pas l’accomplir, 19 puisque le bien que je veux, je ne le fais pas et le mal que je ne veux pas, je le fais. » Rm 7, 18-19 Tob

Qu’est-ce qui entrave ainsi notre liberté ? Qu’est-ce qui nous empêche de grandir et d’atteindre notre stature d’image de Dieu ? Le péché. Ce mot tabou, trop mal compris. On l’identifie souvent à quelque chose d’extérieur. Or il s’agit d’abord d’une démarche intérieure, une sorte de repli sur soi, de réflexe égocentrique qui se manifeste par une parole, une action, une attitude ou une omission qui réduit ou empêche le développement de ce que Dieu a planté en chaque personne, voilà pourquoi on peut qualifier le péché d’acte déshumanisant. Tout acte, parole, attitude ou omission qui me rend moins humain, moins conforme à l’image de Dieu en moi, à la ressemblance de qui je dois être. Tout comportement qui peut aussi provoquer la déshumanisation chez les autres. Et tout cela part du cœur.
« Du cœur en effet proviennent intentions mauvaises, meurtres, adultères, inconduites, vols, faux témoignages, injures. » Mt 15, 19 Tob

Mais le Christ est venu justement pour nous libérer de cet esclavage et se présente comme la rançon qui nous libère. Car, c’est le 2e aspect de l’image de la rançon, Dieu tient à nous et est venu pour nous sauver, i.e. nous rendre la liberté. Déjà, dans l’AT, par la bouche d’Isaïe, le Seigneur l’affirmait : « Tu comptes beaucoup à mes yeux, tu as du prix et je t’aime. » Is 43, 4 BJ

Jésus l’affirme sans équivoque dans l’Évangile de Jean : « Car Dieu n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. » Jn 3, 17 Tob

Mais comment va-t-il s’y prendre ?

Le grand prêtre par excellence

La lettre aux Hébreux présente Jésus comme « le grand prêtre par excellence. » Le prêtre, on le sait, sert d’intermédiaire entre les humains et la divinité. Il offre des sacrifices, animaux, produits de la terre, voire des vies humaines.

Quels sacrifices Jésus offre-t-il ? Pour apaiser qui ? Surement pas le Père qui l’a envoyé. Si l’on prête attention au texte, on découvre que le sacrifice que Jésus offre n’est pas une victime quelconque. Il ne demande pas qu’on lui apporte quelque victime à offrir ; Il s’offre lui-même.

Il offre sa vie, tout ce qu’il est, sans aucun repli sur lui-même, sans rien retenir pour soi. Il donne jusqu’à la dernière goutte de son sang, jusqu’à son dernier souffle, et, avant de le faire, il pardonne à tous ceux qui l’ont fait condamner.

Jésus disait: « Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font.» Lc 23, 34 Tob

En pardonnant, Jésus ne retient aucune rancœur. Don total, complet. Sans retour ou déception.

À travers le geste de Jésus, nous découvrons ainsi quelque chose de Dieu lui-même. Dans la Trinité, chaque personne est don total et continu aux deux autres personnes. Dieu est amour, comme le note St Jean, car il est don, il n’est que don. Jésus donne sa vie pour que nous devenions comme Dieu, nous qui avons été créés à son image.

L’autorité – service

« Le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude. »

En assumant l’autorité comme un service, Jésus s’inscrit tout naturellement dans la ligne du don de soi. Il nous y entraîne par son don total, par sa mort qui ouvre sur la vie dans le Royaume. Il nous presse, quelles que soient nos fonctions, nos responsabilités, de les vivre comme un service, comme un don de nous-mêmes.

Conclusion

À l’écoute de cette Parole, ce matin, nous savons que la rançon a été payée, parce que Dieu tient à chacun et chacune d’entre nous. Cette rançon, ou le sacrifice par excellence offert par Jésus, c’est sa propre vie, qu’il veut nous communiquer.

À notre tour, nous qui sommes à l’image de Dieu, devenons comme Lui, don, un don pour ceux et celles qui nous entourent. De nos propres forces, nous n’y arriverons pas, mais en accueillant le don qu’Il nous de son Esprit et par l’eucharistie que nous allons recevoir, nous pourrons l’imiter et faire de nos vies des vies données et découvrir, comme Jésus l’a déclaré : « Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir ». Ac 20,35 Tob

AMEN

Marcel Poirier, a.a.


  • Catégories

  • Articles récents

  • Archives


  • Inscrivez-vous à notre infolettre

    Si vous désirez recevoir le commentaire de l'Évangile du dimanche chaque semaine et des informations sur les activités et événements du Montmartre, inscrivez-vous à la liste des amis du Montmartre.

    Êtes-vous inscrit.e, mais vous ne recevez pas l'infolettre ? Veuillez vous inscrire à nouveau. Vous devrez confirmer votre abonnement dans le courriel de confirmation qui vous sera ensuite envoyé. Vérifiez également vos messages indésirables.


    Faire un don

    Le Montmartre est enregistré en tant qu’organisme sans but lucratif.
    Vos dons sont appréciés et contribuent au maintien des activités au Montmartre.