Les sections du Montmartre à visiter :

Pour suivre le Christ, il suffit d’aimer

Image libérée de droits d’auteur sous Creative Commons CC0 || https://pxhere.com/fr/photo/1421029

26 juin 2022             13e dimanche du temps ordinaire, année C – Luc 9, 51-62
Lectures de ce jour

On raconte qu’à Éphèse, alors que l’apôtre Jean avançait en âge, les frères l’amenaient à l’assemblée en le portant. Durant ces réunions, il répétait inlassablement : « Mes fils, aimez-vous les uns les autres. » un jour, l’un des jeunes se plaignit auprès de lui en ces termes : « Jean, pourquoi parles-tu toujours et uniquement de l’amour ? » Et lui, qui s’était penché jadis sur le sein du Maître et avait entendu battre le cœur de Dieu, lui répondit : « parce qu’il n’y a rien d’autre que l’amour. »

L’amour est la voie royale qui conduit à Dieu. Non pas l’amour fait seulement des paroles, car il existe ce que Charles Dickens appelait la « philanthropie télescopique » consistant à aimer uniquement le prochain lointain et à ne pas supporter le prochain réellement proche. C’est l’amour qui conduit silencieusement mais résolument à Dieu, l’amour que le cœur discerne dans la limpidité d’une conscience pure, qui vit dans une fidélité quotidienne, dans la grâce du présent.

Maurice Blondel appelle cette fidélité « la pratique de la lettre », une lettre qui conduit à l’esprit, et qui le contient même déjà. Elle ne consiste pas à faire toutes sortes de biens, mais à bien faire ce qu’en conscience nous découvrons comme le bien qui nous incombe ici et maintenant. Blondel invite à vivre la réalité finie et le présent avec l’ampleur de notre Désir infini. Le secret consiste à être fidèle dans le quotidien ordinaire et à faire les petites choses avec un grand amour (Thérèse de Lisieux).

S’engager dans un amour concret ne signifie pas obscurcir le rôle de Dieu, mais mettre à profit le talent offert par grâce. C’est la synergie entre Dieu et l’homme qu’Ignace de Loyola résume de la manière suivante : « Prie comme si tout dépendait de Dieu, agis comme si tout dépendait de toi. » Ora et labora : « Prie et travaille. » Cette fidélité concrète est une aide à la foi. Sans ses œuvres accomplies avec amour, la foi meurt.

« Nous croyons parce que nous aimons » (John Henry Newman). Celui qui aime a les yeux de la foi. Dans un très beau passage du roman les frères Karamozov, Dostoievski évoque la perplexité d’une femme tourmentée par le doute et par son incapacité à ressentir la foi. Le Staretz Zossima lui indique un possible moyen pour se convaincre : « Par l’expérience de l’amour agissant. Tachez d’aimer vos semblables activement et sans relâche. À mesure de vos progrès dans l’amour, vous vous convaincrez aussi de l’existence de Dieu…et si vous allez jusqu’à l’oubli total de vous-même dans l’amour du prochain, alors vous croirez à coup sûr et aucun doute ne pourra pénétrer dans votre âme. C’est éprouvé, c’est sûr. »

———-

Extrait de Robert Cheaib, Un Dieu humain. Premier pas dans la foi chrétienne, 2020.

Proposition de Jean Bosco Kanyama, assomptionniste

 


  • Catégories

  • Articles récents

  • Archives


  • Inscrivez-vous à notre infolettre

    Si vous désirez recevoir le commentaire de l'Évangile du dimanche chaque semaine et des informations sur les activités et événements du Montmartre, inscrivez-vous à la liste des amis du Montmartre.

    Êtes-vous inscrit.e, mais vous ne recevez pas l'infolettre ? Veuillez vous inscrire à nouveau. Vous devrez confirmer votre abonnement dans le courriel de confirmation qui vous sera ensuite envoyé. Vérifiez également vos messages indésirables.


    Faire un don

    Le Montmartre est enregistré en tant qu’organisme sans but lucratif.
    Vos dons sont appréciés et contribuent au maintien des activités au Montmartre.