Les sections du Montmartre à visiter :

Sacré-Cœur de Jésus, ce cœur qui bat avec tant d’amour en moi, en nous

Statue du Sacré-Coeur de Jésus sur la propriété du Montmartre canadien à Québec

Homélie
Retraite du Sacré Cœur de Jésus
17 juin 2020

Frères et sœurs, notre retraite du Sacré Cœur de Jésus a pour thème : Sacré-Cœur de Jésus, ce cœur qui bat avec tant d’amour en moi, en nous.

Il y a quelques jours, alors que je préparais une réflexion pour la fête de la Sainte Trinité, j’ai été amené à relire la lettre que le pape François a écrite en 2015 quand il avait annoncé l’année de la Miséricorde.

Quelques-unes des expressions qu’il utilisait nous plonge directement dans le mystère du Cœur Sacré de Jésus et de l’amour qu’il nous porte comme nous le dit le thème de notre retraite.

Un Cœur qui est sacré, c’est un cœur qui est tout autre, c’est un cœur qui est tout en Dieu, c’est un cœur qui est tout DE Dieu. C’est donc un cœur qui est tout Amour.

Écoutons quelques phrases du pape François prononcées en novembre 2015 :

« Jésus-Christ est le visage de la miséricorde du Père. Le mystère de la foi chrétienne est là tout entier. Devenue vivante et visible, elle atteint son sommet en Jésus de Nazareth. »

« La miséricorde, c’est l’acte ultime et suprême par lequel Dieu vient à notre rencontre. »

« Le regard fixé sur Jésus et son visage miséricordieux, nous pouvons accueillir l’amour de la Sainte Trinité. La mission que Jésus a reçue du Père a été de révéler le mystère de l’amour divin dans sa plénitude. »

« Cet amour est désormais rendu visible et tangible dans toute la vie de Jésus. Sa personne n’est rien d’autre qu’amour, un amour qui se donne gratuitement. »

Le Sacré-Cœur de Jésus est donc ce Cœur qui nous manifeste et révèle la Miséricorde de Dieu. Ce Cœur qui « sent », qui a de la compassion, qui a une passion pour nous comme nous le dit la racine de mot Miséricorde.

Et comme nous le dit le pape François : « La miséricorde, c’est le chemin qui unit Dieu et l’homme, pour qu’il ouvre son cœur à l’espérance d’être aimé pour toujours malgré les limites de notre péché. »

Il s’agit donc pour nous, d’ouvrir notre cœur pour accueillir cet Amour de Dieu en nous. Et c’est justement ce à quoi nous invite les textes de la Parole de Dieu que nous venons de proclamer.
L’Évangile d’aujourd’hui est le même texte que nous lisons le jour du Mercredi des Cendres. C’est un passage de l’Évangile qui nous invite à prendre différents moyens pour accueillir l’amour de Dieu et pour grandir dans cet amour. Tout le texte est une invitation à prendre des moyens pour faire du sacré dans nos vies, pour faire de la place à l’Amour de Dieu,

Le premier moyen qui nous est présenté est celui de l’aumône. L’aumône nous invite à nous décentrer de nous-mêmes pour faire de l’espace à nos frères et à nos sœurs dans nos vies. Pour accueillir l’amour et la présence de Dieu dans ma vie, je dois faire de la place pour l’autre. L’aumône ou tout geste d’entraide et de partage me permettent de rencontrer Dieu et son Amour présent dans ceux que je croise sur ma route. Rappelons-nous ce que dit Jésus dans l’évangile de Matthieu au chapitre 25 : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits d’entre mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. Le chemin de l’Amour de Dieu passe par le chemin de l’amour du prochain.

Le deuxième moyen est celui de la prière. Bien que nous soyons appelés à sortir de nous-mêmes pour aller vers les autres, nous sommes aussi appelés à un mouvement vers l’intérieur pour approfondir notre relation personnelle et intime avec le Seigneur. Nous devons, pour accueillir l’amour de Dieu, laisser du temps à Dieu dans nos vies. Il nous faut cultiver l’amour…

Finalement, le troisième moyen est celui du jeûne. Jeûner c’est faire un sacrifice. Faire un sacrifice, c’est faire du sacré… pour accueillir l’amour de Dieu en moi, je dois lui faire de l’espace. L’espace de mon cœur peut être occupé par tellement de choses que Dieu n’a plus de place pour y entrer. Il a beau frapper à la porte, je n’ai plus d’espace pour qu’il y entre. Jeûner, c’est renoncer à quelque chose, faire un peu de vide pour que Dieu puisse venir occuper la place.

Voilà donc trois moyens qui nous permettent d’avoir un cœur ouvert à l’accueil de l’amour de Dieu en moi, en nous.

Il y a une phrase de la première Lecture qui, pour moi, va exactement dans le même sens. Élie demande à Élisée : « que veux-tu que je fasse pour toi…. » et Élisée demande : « Que je reçoive une double part de l’esprit que tu as reçu. »

Interprétant cette phrase à la lumière de notre foi en Jésus-Christ, je dirais que cette offre d’Élie et de cette demande d’Élisée s’imbriquent très bien dans le thème de notre retraite.

Élisée demande une double part de l’esprit qu’a reçu Élie. De par notre Baptême, nous avons reçu le don de l’Esprit Saint. Pour nous, l’Esprit est justement la manifestation de la présence de l’amour de Dieu. Donc, pour nous, demander une double part de l’Esprit, c’est demander une double part de l’Amour de Dieu.

C’est demander que mon cœur s’ouvre tellement à l’Amour de Dieu que j’en reçoit une double dose.

Mais il faut toujours faire attention à ce qu’on demande car accueillir une double dose de l’amour de Dieu, c’est dangereux. Dans la même mesure ou je m’ouvre intérieurement pour recevoir cet Amour, je serai projeté hors de moi pour aller vers les autres.

Le Christ ne nous invite jamais au repliement sur nous-mêmes. Accueillir son Amour se fait toujours dans un double mouvement : Un mouvement intérieur qui est une entrée en soi pour approfondir et goûter cet Amour et un mouvement extérieur qui est comme une impulsion vers les autres, qui est sortie de soi.

Alors attention si on demande une double part de l’amour de Dieu car avec l’accueil de l’amour en nous, vient aussi l’accueil de la mission, de la sortie de soi pour se mettre au service de nos frères et sœurs en humanité.

C’est aussi ce que disait en d’autres mots le pape François dans le texte que j’ai mentionné au début :

« La miséricorde, c’est la loi fondamentale qui habite le cœur de chacun lorsqu’il jette un regard sincère sur le frère qu’il rencontre sur le chemin de la vie. »

Frères et sœurs, ouvrons notre cœur à l’accueil de l’amour de Dieu qui, par le Sacré cœur de Jésus bat avec tant d’amour pour nous tout en étant prêts à vivre avec les conséquences de cet amour en nous. Demandons-en une double part afin que le feu de cet amour puisse embrasser et embraser le monde.

Amen!

Mgr Martin Laliberté, évêque auxiliaire de Québec


  • Catégories

  • Articles récents

  • Archives


  • Inscrivez-vous à notre infolettre

    Si vous désirez recevoir le commentaire de l'Évangile du dimanche chaque semaine et des informations sur les activités et événements du Montmartre, inscrivez-vous à la liste des amis du Montmartre.

    Êtes-vous inscrit.e, mais vous ne recevez pas l'infolettre ? Veuillez vous inscrire à nouveau. Vous devrez confirmer votre abonnement dans le courriel de confirmation qui vous sera ensuite envoyé. Vérifiez également vos messages indésirables.


    Faire un don

    Le Montmartre est enregistré en tant qu’organisme sans but lucratif.
    Vos dons sont appréciés et contribuent au maintien des activités au Montmartre.